La SPG est opposée à l'enseignement des directeurs

Les délégué-e-s de la Société pédagogique genevoise dénoncent la modification de la loi qui contraint les directeurs du primaire à enseigner. 

Depuis début janvier, la modification de la loi sur l'instruction publique - faite sans aucune audition des milieux concernés - oblige les directeurs d'établissements du primaire à assurer deux heures hebdomadaires sous forme d'enseignement. Dans une prise de position votée à l'unanimité, les délégué-e-s de la SPG refusent, entre autres, que les directeurs prennent des heures d'appui ou soient présents en classe en même temps qu'un enseignant.