Les jeunes voix répètent pour la Fête des Vignerons

Parmi les 5500 figurants qui enfileront un costume chatoyant lors de la prochaine Fête des Vignerons, du 18 juillet au 11 août à Vevey, plus de 600 seront des enfants, dont 150 seront chanteurs. Écho d’une répétition à Saint-Légier.  

La Fête des Vignerons, pour ceux qui l’ignoreraient encore, a lieu une fois par génération depuis 1797, pour hononer les meilleurs vignerons tâcherons de la région, du Chablais vaudois aux terrasses de Lavaux; les deux dernières fêtes ont eu lieu en 1977 et 1999. Les enfants qui vivront de l’intérieur celle de 2019 dans les arènes montées sur la place du marché de Vevey, seront ainsi les porteurs de mémoire des prochaines commémorations.

Les jeunes chanteurs répètent depuis la rentrée d’août 2018 une fois par semaine. Quatre établissements scolaires – à Vevey, à la Tour-de-Peilz, à Saint-Légier et à Puidoux – ont mis à disposition un maître de musique et des locaux pour ces répétitions hebdomaires.

La première répétition d’ensemble a eu lieu le samedi 26 janvier, à l’aula du collège de Clos Béguin à Saint-Légier, où, juste avant l’heure, les 150 chanteurs, souvent amenés par leurs parents, piaffaient d’impatience pour rentrer dans la salle. Mais il a d’abord fallu répartir les différentes voix dans une configuration nouvelle pour tous, et chacun a pu trouver sa place en suivant les consignes. En les accueillant officiellement, un membre de la Confrérie des Vigneron leur a rappelé le sens de la Fête des Vignerons, l’importance du travail bien fait et que, comme les élèves à l’école, les vignerons sont notés en fonction du soin qu’ils apportent à leur vigne. Au cours de cette répétition, les jeunes chanteurs ont pu faire connaissance avec les auteur-e-s des chansons qu’ils interprètent: le librettiste Stéphane Blok, les compositeurs Maria Bonzanigo, Jérôme Berney et Valentin Villard, tous très émus après le début de la répétition, en entendant dans cette salle boisée idéale pour l’art choral les notes chantées par 150 enfants concentrés et heureux. «C’est un beau cadeau pour nous aujourd’hui, mais un cadeau qui se partagera pendant l’été dans les arènes à Vevey», nous a fait remarquer Valentin Villard, qui accompagnait au piano la chanson de L’Eau.

Les trois heures de répétition de ce samedi matin ont permis aux enfants de réaliser encore un peu mieux le travail qu’ils ont à accomplir, mais ils savent qu’ils ne sont pas seuls. Ils se réjouissaient déjà de la prochaine répétition d’ensemble, fixée au 23 mars, au même endroit.  

 

Cette volonté d’intégrer des enfants dans des traditions chorales est une manière pas si détournée d’appliquer le principe du vivre ensemble. Réussir ensemble grâce à des efforts individuels, c’est une école de vie que chaque enfant devrait réaliser au moins une fois lors de sa scolarité. Mais beaucoup de parents n’ont pas voulu inscrire leurs enfants comme figurants à la Fête des Vignerons par peur de surcharge et de risque d’échec scolaire. Espérons que les directions scolaires sauront faire preuve de souplesse. En 1955, la direction des écoles de Vevey avait assoupli des règles de promotion. À cette époque, la nouvelle année scolaire commençait après les vacances de Pâques; les élèves qui avaient réussi les examens pour commencer le collège devaient, pour pouvoir continuer dans cette voie, ne pas être en échec à la fin du premier trimestre, c’està- dire au début des vacances d’été. Sinon, la sanction était le renvoi du collège pour retourner dans la voie appelée primaire. Le collège de Vevey accueillait les élèves de toute la région et beaucoup de ces enfants participaient comme figurants à la Fête des Vignerons en été 1955. La direction avait remarqué une fatigue et une baisse dans les résultats, aussi elle fit tomber l’obligation de résultats scolaires positifs à la fin du trimestre pour la poursuite du cursus scolaire au collège. Ainsi, même les élèves en échec purent continuer le cursus.

L'accès aux documents est réservé aux abonnés.