RH et planification 18-19

L’État du Valais, comme employeur, peut-il déléguer, sans autre, la gestion des Ressources Humaines (RH) aux directions d’écoles? Les pratiques locales sont-elles équitables pour les enseignants? 

La période des planifications scolaires a commencé en décembre et se poursuivra jusqu’en mai. De nombreux collègues sont préoccupés par leur emploi futur. Les organisations et les répartitions des périodes sont une source d’échanges entre collègues. Les discussions avec la direction s’avèrent, dans certains cas, beaucoup plus crispantes. La question: «Qui est réellement mon employeur?» est une réalité.

Certaines réponses se trouvent dans les différents textes légaux (loi et ordonnance sur la direction et le traitement du personnel, règlement sur les contributions, cahier des charges des directions, contrat de prestation...) et d’autres sont morales. La fonction de directeur n’est pas une chose aisée, mais elle demande un engagement important en temps et en responsabilités. Les multiples tâches administratives et de coordination des mesures sont de plus en plus chronophages. Pour la scolarité obligatoire, le directeur est nommé par une (ou plusieurs) commune(s). Une partie de son salaire est subventionnée par l’État. Cette attribution est liée au nombre d’élèves et varie fortement entre les niveaux de formation. Ce facteur influence ses disponibilités pour la gestion RH. Elle ne doit pas se limiter à une feuille de desiderata et un tableau de répartition des pourcents pour les enseignants.

Les différentes facettes relatives aux RH méritent d’être traitées par des spécialistes ou des directeurs formés au domaine. Je vous propose certains modules que j’estime être importants (voir tableau ci-dessous).

Il me semble que des synergies entre les formations internes de services RH de l’État et les formations initiales ou continues des directions peuvent être mises en place.

Du côté des associations d’enseignants de la FMEP*, la problématique est aussi prise en compte et a été signalée au chef du Département de l’économie et de la formation (DEF). Des demandes de renforcements des équipes ont été faites. Actuellement, il n’y a pas de positionnement fort qui a été transmis.

Tout ne peut pas être amélioré d’un coup de baguette magique, mais j’encourage tous les collègues à ouvrir un dialogue constructif entre eux, mais surtout avec les directions et les adjoints. En étant informé des attributions de classes et de périodes, en participant de manière active à l’élaboration de variantes, des solutions peuvent être trouvées. Je suis persuadé que lorsqu’une situation critique est vécue dans une école, le recours à une discussion entre les enseignants, la direction, l’inspecteur et un représentant du SE est nécessaire.

«On n’est intelligent qu’à plusieurs.» Albert Einstein •

 

* Fédération des magistrats, des enseignants et du personnel de l’État du Valais

L'accès aux documents est réservé aux abonnés.